National Assembly of the Republic of Armenia | Official Web Page | www.parliament.amNational Assembly of the Republic of Armenia | Official Web Page | www.parliament.am
HOME | MAIL | SITEMAP
ArmenianRussianEnglishFrench
Aujourd’hui au Parlement
Briefings
Conférences de presse
Interviews
Archives
08.04.2019

Lu Ma Me Je Ve Sa Di
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30
 
08.04.2019
Le discours du président de l’Assemblée nationale, Ararat Mirzoyan, à la 140ème Assemblée générale de l’Union interparlementaire
1 / 2

"Monsieur le Président,

Nos collègues les parlementaires,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de commencer mon discours par les mots de remerciement adressés au parlement du Qatar pour l’organisation magnifique et l’accueil chaleureux à l'Assemblée.

Le célèbre professeur Johann Heinrich Pestalozzi a déclaré : "L'éducation que nous encourageons est liée au type de société que nous voulons créer." Il y a tout juste un an, le peuple arménien s'est levé pour exprimer sa volonté de vivre de telle manière que les droits de l'homme et les libertés fondamentales soient protégés et dans une telle situation où la suprématie de droit soit garantie. Notre peuple a assumé son aspiration sous la forme la plus paisible et non violente, appelée aujourd’hui révolution de velours ou révolution à l’arménienne. Les droits de l'homme et l'égalité des chances sont des priorités dans les processus démocratiques de la nouvelle Arménie. Nous sommes convaincus que l’Etat de droit et la société civile puissante sont les gages de la société plus solide et donc de l’État plus fort.

Le sujet de la discussion générale d'aujourd'hui est crucial pour assurer la paix et la sécurité et la protection des droits de l'homme, car les parlements ont joué un rôle décisif dans l'éducation de la population.

Le rôle du parlement ne se limite pas par l’adoption des lois et la mise en place de la politique. Les parlementaires ont le devoir de renforcer les valeurs auxquelles ils croient, en agissant en tant que multiplicateurs. À cet égard, il convient de mentionner que les élections législatives anticipées en Arménie, qui ont eu lieu en décembre 2018, ont été évaluées comme démocratiques, transparentes, libres et équitables et ont réaffirmé la confiance de la société qui était perdue au cours des dernières décennies.

Notre parlement accorde une attention particulière à la promotion de l'éducation puisque nous sommes convaincus qu'il s'agisse du droit fondamental de la personne et les membres du parlement se conduisent en tant qu'acteurs pour les jeunes générations. Le gouvernement déploie des efforts considérables pour promouvoir le sentiment de la citoyenneté et renforcer l'engagement civique. Dans ce contexte le gouvernement a récemment décidé de définir un jour du Citoyen. Il sera célébré le dernier samedi du mois d'avril pour fêter le mouvement national qui a conduit à la victoire du peuple arménien, car son droit de changer le pouvoir de manière pacifique a été réaffirmé. C’est une excellente occasion d’encourager un dialogue public sur la paix, la sécurité et la suprématie du droit.

J'espère que vous êtes d’accord avec l’idée que l'innovation joue un rôle crucial dans l'éducation du 21ème siècle. Il convient de noter que l’Arménie n’est pas riche en ressources naturelles, mais notre pays a un potentiel intellectuel énorme. Il n’est donc pas surprenant que l’Arménie accorde une grande attention au développement des hautes technologies. Ceci conduit à un phénomène très intéressant. De nombreux informaticiens arméniens travaillent à l'étranger mais ce qui est paradoxale, cela ne conduit pas à la fuite des cerveaux. Au contraire, ils sont en mesure de contribuer au développement de l'économie arménienne et je tiens à affirmer que l'éducation liée aux technologies de pointe commence chez nous à l’âge très jeune. En Arménie, nous avons des centres Tumo de technologie créative, conçus pour engager les jeunes talents. Bien sûr, c’est une bonne expérience et une innovation dans le modèle éducatif de l’Arménie. Sur ce terrain nous pouvons nous entendre avec d’autres pays et inspirer d’autres initiatives fructueuses. L’idée a eu un tel succès qu’un centre similaire a été créé récemment à Paris.

Les théories contemporaines de la paix proposent la notion de "paix positive", définie comme une absence de violence structurelle. Pour être honnête, "la paix ne signifie pas l’absence totale de tout conflit. Cela signifie l'absence de violence à tous égards et la résolution de conflit de manière constructive." Je peux dire avec fierté que vous ne trouverez aucune trace de la xénophobie, de l'intolérance et de la haine dans nos textes éducatifs, y compris dans nos manuels. L'histoire montre que le discours de haine peut conduire à des crimes de haine et à des génocides. C’est un sujet très sensible pour nous, puisque 1,5 million d’Arméniens ont été victimes du génocide en 1915. Aujourd’hui vous entendrez aucune rhétorique belliqueuse émise par un dirigeant arménien. Nous attendons le même de nos voisins. Dans de nombreux cas, nous avons attiré l’attention de la communauté internationale sur les faits inacceptables de la propagation de la haine, de la xénophobie et du racisme direct dans le matériel pédagogique des écoles, même des maternelles de quelques pays voisins. Ce n’est pas ainsi, qu’on prépare la population à la paix. Vous devez préparer vos enfants et la jeune génération à la paix. Et nous sommes fermement convaincus que nous devrions nous concentrer sur la paix car c'est le gage de la sécurité et la valeur suprême pour tous.

Chers collègues,

L'éducation peut devenir un investissement à long terme pour la prévention des crimes contre l'humanité et des génocides, de l'extrémisme violent et de la radicalisation. C’est une condition essentielle si nous voulons former une société à laquelle nous aspirons tous. La participation des jeunes à toutes ces initiatives est également impérative. En plus, afin de prévenir l’extrémisme violent, nous devons nous concentrer sur les échanges d’expérience culturelle et éducative, promouvoir le développement de l’art et assurer l’établissement de relations entre différentes nations via les nouvelles technologies. Tout cela peut se transformer en un haut degré de motivation, pour l’établissement de la paix, de la tolérance et de la coexistence pacifique".




Président de l'Assemblée nationale  |  Députés|  Conseil de l'AN   |  Commissions  |  Groupes parlementaires  |  Personnel
Législation  |   Actualités  |  Relations extérieures  |  Espace électeur  |  Liens  |  RSS