National Assembly of the Republic of Armenia | Official Web Page | www.parliament.amNational Assembly of the Republic of Armenia | Official Web Page | www.parliament.am
HOME | MAIL | SITEMAP
ArmenianRussianEnglishFrench
Aujourd’hui au Parlement
Briefings
Conférences de presse
Interviews
Archives
15.10.2019

Lu Ma Me Je Ve Sa Di
01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31
 
15.10.2019
Le discours du Président de l’Assemblée nationale de la République d’Arménie, Ararat Mirzoyan, à la 141ème session de l’Union interparlementaire
1 / 4

"Présidence, collègues,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais commencer mon discours par les mots de remerciements au Parlement de la République de Serbie, pour l'organisation et l'accueil chaleureux de l'Assemblée parlementaire.

Le sujet de la discussion est en lui-même révélateur. "Renforcement du droit international. Le rôle et les mécanismes du Parlement et la promotion de la coopération régionale. "

Historiquement le droit international, en tant que système de dispositions juridiques régissant les relations entre les nations, a existé depuis toujours, puisque dès le début de la civilisation humaine les États ont compris la nécessité de "règles du jeu" entre les nations. Les règles qui régissent les conditions de leur existence, leur permettent de se sentir en sécurité et garantissent leur développement. Malheureusement, au cours de l'histoire de l'humanité, nous avons également été témoins de nombreux cas de violation de ces règles par un État et de l'indifférence et de réticence des autres États à empêcher, condamner et résoudre ces actions de violation, empêchant ainsi le développement non seulement d’une seule région, mais parfois du monde entier et de l'humanité.

Après la Seconde Guerre mondiale, la communauté internationale a transformé et a remodelé notre coexistence commune et mutuellement bénéfique sur la base du principe universel fondamental du règlement pacifique de tous les conflits entre les États et, en conséquence, l’inadmissibilité du recours à la force. Au fil des décennies, les chefs des États, des gouvernements et des parlements ont exprimé à de nombreuses reprises leur fidélité aux objectifs et aux principes de la Charte des Nations Unies. Et aujourd’hui, malgré les critiques, le droit international est le seul outil, le seul assortiment des règles acceptées volontairement qui permet le maintien de la paix et de la sécurité internationale.

En répétant le titre du débat "Renforcer le droit international", je dois signaler qu’il faut parler de toute urgence du droit international en général et des droits de l’homme en particulier.

Chers collègues, En ce moment même où nous siégeons, l'un de nos États membres, la Turquie, mène une opération militaire dans les zones peuplées de Kurdes en Syrie. Des centaines de personnes sont tuées et des dizaines de milliers de personnes déplacées en quelques jours. Aujourd'hui, à Qamishli et dans d'autres villes syriennes, les personnes sont en danger de la même façon qu'en 2014 dans la ville syrienne de Kessab habitée par les Arméniens.

Par l’ironie du destin ces catastrophes ont lieu au même endroit, dans la même zone géographique où, dans le sol et le sable, reposent les reliques des victimes du génocide arménien perpétré par l’Empire ottoman il y a 100 ans.

Et en tant que représentant d'un peuple qui a été le témoin et le rescapé de ce crime contre l'humanité, l'une des plus grandes tragédies du XXe siècle, j'appelle tous les parlementaires à lever leur voix et sonner l’alarme autour de la situation en Syrie.

Le respect du droit international au XXIe siècle ne relève ni de l'économie ni de la géopolitique. Il s’agit avant tout de sauver des vies humaines, de respecter leurs droits et leurs libertés, de préserver la moralité de la communauté internationale et de préserver l’esprit des Nations Unies.

J'exhorte les membres de l'Assemblée à agir. J'appelle l'Union interparlementaire, en tant qu'organisation et tous les parlements représentés ici, à ne pas rester indifférents, à considérer les actions de la Turquie comme définitivement inacceptables et à exiger leur cessation immédiate. "

Je voudrais commencer mon discours par les mots de remerciements au Parlement de la République de Serbie, pour l'organisation et l'accueil chaleureux de l'Assemblée parlementaire.

Le sujet de la discussion est en lui-même révélateur. "Renforcement du droit international. Le rôle et les mécanismes du Parlement et la promotion de la coopération régionale. "

Historiquement le droit international, en tant que système de dispositions juridiques régissant les relations entre les nations, a existé depuis toujours, puisque dès le début de la civilisation humaine les États ont compris la nécessité de "règles du jeu" entre les nations. Les règles qui régissent les conditions de leur existence, leur permettent de se sentir en sécurité et garantissent leur développement. Malheureusement, au cours de l'histoire de l'humanité, nous avons également été témoins de nombreux cas de violation de ces règles par un État et de l'indifférence et de réticence des autres États à empêcher, condamner et résoudre ces actions de violation, empêchant ainsi le développement non seulement d’une seule région, mais parfois du monde entier et de l'humanité.

Après la Seconde Guerre mondiale, la communauté internationale a transformé et a remodelé notre coexistence commune et mutuellement bénéfique sur la base du principe universel fondamental du règlement pacifique de tous les conflits entre les États et, en conséquence, l’inadmissibilité du recours à la force. Au fil des décennies, les chefs des États, des gouvernements et des parlements ont exprimé à de nombreuses reprises leur fidélité aux objectifs et aux principes de la Charte des Nations Unies. Et aujourd’hui, malgré les critiques, le droit international est le seul outil, le seul assortiment des règles acceptées volontairement qui permet le maintien de la paix et de la sécurité internationale.

En répétant le titre du débat "Renforcer le droit international", je dois signaler qu’il faut parler de toute urgence du droit international en général et des droits de l’homme en particulier.

Chers collègues, En ce moment même où nous siégeons, l'un de nos États membres, la Turquie, mène une opération militaire dans les zones peuplées de Kurdes en Syrie. Des centaines de personnes sont tuées et des dizaines de milliers de personnes déplacées en quelques jours. Aujourd'hui, à Qamishli et dans d'autres villes syriennes, les personnes sont en danger de la même façon qu'en 2014 dans la ville syrienne de Kessab habitée par les Arméniens.

Par l’ironie du destin ces catastrophes ont lieu au même endroit, dans la même zone géographique où, dans le sol et le sable, reposent les reliques des victimes du génocide arménien perpétré par l’Empire ottoman il y a 100 ans.

Et en tant que représentant d'un peuple qui a été le témoin et le rescapé de ce crime contre l'humanité, l'une des plus grandes tragédies du XXe siècle, j'appelle tous les parlementaires à lever leur voix et sonner l’alarme autour de la situation en Syrie.

Le respect du droit international au XXIe siècle ne relève ni de l'économie ni de la géopolitique. Il s’agit avant tout de sauver des vies humaines, de respecter leurs droits et leurs libertés, de préserver la moralité de la communauté internationale et de préserver l’esprit des Nations Unies.

J'exhorte les membres de l'Assemblée à agir. J'appelle l'Union interparlementaire, en tant qu'organisation et tous les parlements représentés ici, à ne pas rester indifférents, à considérer les actions de la Turquie comme définitivement inacceptables et à exiger leur cessation immédiate. "

15.10.2019
Les questions liées au partenariat arméno-canadien ont été discutées
Le chef du groupe d'amitié de l’Assemblée nationale Arménie-Canada, Arman Yeghoyan, et les membres du groupe ont rencontré les membres des parlements de l'Ontario et du Québec, ainsi que des conseils municipaux de Toronto et de Montréal....

15.10.2019
A la séance de Commission permanente des questions économiques
Lors de la séance de la commission permanente des questions économiques, présidée par Babken Tunyan, les parlementaires ont débattu en première lecture et ont donné un avis positif au projet de loi d’amendements du code minier proposé par le gouvernement de la RA....

15.10.2019
Les initiatives législatives liées au régime juridique de la loi martiale et à la législation du travail ont été examinées
La commission permanente de la santé et des affaires sociales de l'AN NA, présidée par Narek Zeynalyan a examiné en deuxième lecture le projet de loi d’amendement du code du travail de la RA. Les modifications sont liées à la mise en application du système efficace du processus de paie....

15.10.2019
Le premier semestre d’exécution du budget de l’Etat 2019 a été examiné
La commission permanente des questions financières et budgétaires, présidée par Mane Tandilyan, a examiné le rapport sur le premier semestre d’exécution du budget de l'État 2019....



Président de l'Assemblée nationale  |  Députés|  Conseil de l'AN   |  Commissions  |  Groupes parlementaires  |  Personnel
Législation  |   Actualités  |  Relations extérieures  |  Espace électeur  |  Liens  |  RSS